Ma vision de la photo

L’Humain d’abord

Dès ma toute première photo, l’Humain a été le centre de mon intérêt puis de mon travail.

A 5 ans 1/2, quand j’ai fait ma toute première photo, mais aussi pellicule. Bien que c’était le mariage de mon oncle et parrain, je me suis fais la réflexion suivante :

« Les adultes font la guerre et c’est pas bien. je veux être reporter photographe de guerre pour leur montrer que ce n’est pas bien et qu’ils arrêtent de faire la guerre ».

A 8 ans, quand les enfants veulent être policier, pompier, pilote de course, cosmonaute… je veux travailler pour l’AFP – l’Agence France Presse ! Pour la simple raison que c’est la première agence de presse mondiale… J’ai passé et pensé ma scolarité uniquement dans le but d’être reporter photographe de guerre.

En 2018, je n’ai jamais fait la guerre… Certes j’ai fait des manifestations, des casseurs, des affrontements avec les CRS, les attentats et notamment daesh et le bataclan en 2015… Jamais la guerre mais je suis resté sur mon primo intérêt : l’Humain.

 

Être Militant

Confucius le disait « une image vaut 1000 mots ». Depuis ma première photo je suis convaincu qu’une photo peut faire bouger les lignes, les mentalités et l’histoire de la presse et de la photographie l’a prouvé maintes et maintes fois. Dans mes travaux personnels j’ai toujours cherché a faire passer des messages dans le seul but de provoquer des réactions et espérer que mon public réagisse à ces messages.

En tant que photographe je ne fais pas de photos de stars, de personnalités, de photos glamour… non je fais des photos de SDF, de crises sociales… je travaille sur des vendeurs de bovins qui vivent les derniers jours de leur lieu de vente qui fermera après 70 ans de service…  je créé des projets  pour militer sur l’Égalité Femmes/Hommes  avec des portraits d’Executive Women (mon projet #REDforExecutiveWomen) ou de femmes inconnues (le projet La place de la femme dans l’espace urbain commandé par la mairie de Gennevilliers).

Je me suis engagé sur un chemin qui n’est pas le plus aisé pour être connu et reconnu. Mais est-ce là l’intérêt même de mon métier ?! Pour moi, l’intérêt d’être connu et reconnu c’est de pouvoir transmettre les messages plus facilement 🙂

 

Transmettre pour les générations futures

Comme je le dis « Être Photographe c’est voir ce que les autres ne voient pas et savoir immortaliser l’instant. » être photographe c’est aussi être le témoin évènements majeur comme celui du quotidien et notre devoir est d’immortaliser ces instants précieux pour les transmettre aux générations futures. La société évolue de plus en plus vite, des métiers, des lieux, des animaux disparaissent tous les jours… notre rôle est d’immortaliser ces évolutions pour les transmettre, pour que l’Histoire puissent en conserver une trace.

Je réalise ainsi des scènes de rue (en grande majorité dans Paris) ainsi que des scènes de vie (photos réalisées dans des intimités familiales comme le travail réalisé en côte d’ivoire lors de la préparation d’un mariage traditionnel).

 

Les fondamentaux

Comme dans tout métier, toute passion, il est primordial de ne jamais oublier les fondamentaux. Dans la photographie, les fondamentaux c’est la lumière donc la photographie argentique.